Kebbet Batata (Kebbé de pommes de terre)

©Rima Akkari 2015

©Rima Akkari 2015

Kebbet Batata, ou l’art du Kebbé végétarien…

Et voilà, après un passage bref du printemps d’avril, on attaque le début de l’automne… 3 semaines d’été, 3 mois d’automne et le reste, c’est l’hiver ! Finalement, les plus contents dans l’histoire, ce sont les escargots qui aiment l’humidité.

Je pensais commencer une cure de désintox… euh de détox… non, je ne parle pas de drogues, mais d’une cure de fruits et légumes ! Et uniquement de fruits et légumes, en jus et à mâcher. Ça fait bien 2 semaines que je me dis qu’il faut que je m’y mette, mais bon, pourquoi faire aujourd’hui ce qu’on peut remettre à demain ? Hein ?

Aujourd’hui, amigos végétariens, j’ai encore pensé à vous. Toi aussi, cher amigo carnivore, tu pourras en profiter, tout en sachant que ce plat n’est pas un accompagnement d’un gros steak ou d’une côte de porc ! Non, c’est un plat sans viande, qui est généralement accompagné d’une salade (pas une salade de gésiers, je précise encore une fois, au cas où tu n’aurais pas compris le message subliminal). Les ingrédients de base sont la pomme de terre et le bourghol (plus connu chez certains de nos chers Frenchies sous le nom de boulghour). Alors je vais t’expliquer ce qu’est donc le bourghol. C’est du blé étuvé, séché au soleil puis concassé. On le trouve en plusieurs calibres, le gros, le fin (pour le Tabboulé par exemple), le très fin et celui qui est réduit en poudre, pour la confection des pâtisseries. Comme tu peux le constater, ceci n’est en aucun cas de la semoule pour couscous Tipiak ou autre, car le couscous n’est pas un plat libanais ! Eh oui, c’est un scoop ! Maintenant, tu n’as plus intérêt à te tromper, sinon, gare à tes… à toi. Le bourghol était un ingrédient utilisé dans l’Empire Ottoman et jadis préparé à la maison. Le blé séché était broyé à l’aide de deux grosses pierres superposées.

Maintenant que tu sais tout ça, il est temps de passer à l’acte et de faire mon Kebbé.

Ingrédients (pour 4 personnes) :

– 800 g de pommes de terre pour purée
– 150 g de bourghol fin brun
– 2 cuillères à soupe de farine
– 1 botte de coriandre
– 2 oignons moyens
– Les zestes d’un citron
– Les zestes de la moitié d’une orange
– 1 cuillère à soupe de sumac
– Sel, poivre
– Huile d’olive
– 1 pincée de piment rouge (facultatif)

Préparation : (mélange avec tes mains, c’est plus simple)

Faire cuire les pommes de terre. Une fois cuites, les écraser pour en faire de la purée.

Tremper le bourghol dans l’eau pendant 15 min et bien l’essorer après. Ajouter à la purée.

Râper les zestes du citron et de l’orange, ainsi qu’un oignon et ajouter le tout au mélange.

Saler, poivrer (selon le goût). Saupoudrer de piment si tu aimes le côté un peu hot.

Ajouter la farine.

Ciseler les feuilles de coriandre et mélanger avec le reste.

Couper en fines lamelles le deuxième oignon et le frotter avec le sumac et 3 cuillères à soupe d’huile. Etaler de façon homogène dans le fond d’un plat allant au four (rectangulaire ou rond, 30 cm de diamètre).

Préchauffer le four à 200°C.

Etaler avec la main la farce au dessus du mélange d’oignons (épaisseur d’à peu près 4 cm). Pour lisser le dessus, mouille ta main avec un peu d’eau.

Ajouter 2 ou 3 cuillères à soupe d’huile à la surface et enfourner pendant 30 min (en moyenne). Pour savoir que c’est bien cuit, le dessus doit être bien doré (pour avoir le côté croustillant) et le centre assez mou.

A consommer de préférence tiède. Avec un verre d’arak ou de vin. Avec une bière, ça fait un peu lourdeau, mais why not après tout !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s